Récap de l’actualité du mois de Novembre


Récap de la première semaine

Le 30 septembre l’administration américaine annonce les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis : 3,7% de chômage, soit le taux le plus bas jamais constaté. Avec seulement vingt millions de chômeurs, l’administration Trump se targue de tenir ses promesses. Depuis 1969 un tel niveau n’avait pas été atteint. De plus, des déclarations concernant la baisse des barrières douanières entre la Chine et le pays ne feront que confirmer le record historique atteint par le Dow Jones et le S&P500. Le 7 novembre un nouveau record est réalisé à 27.674,80 points et l’indice élargi S&P 500 est monté de 0,27%, à 3.085,18 points.

Le dimanche 3 novembre les régulateurs saoudiens ont donné leur feu vert à l’introduction en bourse du géant saoudien du pétrole Aramco sur la place financière de Riyad. Avec une valorisation comprise entre 1000 et 2000 milliards d’euros l’entreprise la plus bénéficiaire du monde serait aussi celle avec la plus grosse capitalisation boursière devant Apple ou Amazon. Là où Total fait un bénéfice de 2,9 milliards, Aramco est loin devant avec plus de 46,9 milliards de dollars. Ce serait alors le 11 décembre prochain (date estimée de l’introduction en bourse), le plus gros évènement économique de la décennie voire de tous les temps.

Selon un rapport de l’INSEE, près d’un agriculteur sur cinq n’a dégagé aucun revenu en 2017, malgré l’augmentation du revenu moyen à 1.390 euros par mois. Ce rapport du 7 novembre est accablant : 20% des agriculteurs ne dégagent pas de bénéfice. Pour les céréaliers, cela peut s’expliquer par l’onde de choc provoquée par une année de récolte catastrophique en France en 2016, doublée d’une chute des cours mondiaux. Seul le secteur viticole semble épargné avec un revenu moyen de 2.790 euros par mois. Le pire étant les éleveurs bovins qui en moyenne dégagent un salaire de 620 euros net par mois.

Récap de la deuxième semaine

Mercredi 13 novembre, le gouvernement américain annonce que le déficit budgétaire fédéral a atteint 134,5 Mds$.  Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, met en garde contre la montée du déficit lors d’une audition devant une commission du congrès américain. « Vous n’avez pas besoin d’équilibrer le budget ou d’abaisser la dette. Vous devez juste faire en sorte que l’économie s’accroisse plus vite que la dette », a-t-il estimé. Cependant, les taux d’intérêts pratiqués par la Fed sont déjà à des niveaux très bas après trois baisses successives et cette dernière dispose donc de marges de manœuvre restreintes. Les économistes estiment que la dette devrait dépasser les 1000 Mds$ d’ici 2020 sous l’effet de la politique expansionniste de Donald Trump.



La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé jeudi 14 novembre qu’elle cesserait de financer de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, y compris le gaz, à partir de 2022, une décision saluée pour sa contribution à la lutte contre le changement climatique. Une décision «historique», selon le ministre de l’Economie français Bruno Le Maire et un «bond de géant» pour le président de la BEI, Werner Hoyer. Outre l’annonce phare sur les énergies fossiles, la BEI prévoit de débloquer jusqu’à 1.000 milliards d’euros d’investissements dans l’action pour le climat et le développement durable au cours de la prochaine décennie. 

Le géant pétrolier saoudien Aramco a revu ses objectifs à la baisse pour son entrée en Bourse dimanche 17 novembre, annonçant dimanche que sa valorisation pourrait atteindre 1.710 milliards de dollars, assez loin des 2.000 milliards un temps visés par le prince héritier Mohammed ben Salmane. Si la valorisation reste en dessous des espoirs du prince héritier, l’opération pourrait tout de même rivaliser avec la plus grosse introduction en Bourse de l’histoire : celle du géant chinois du commerce électronique Alibaba, qui avait levé 25 milliards de dollars à New York en 2014. Aramco produit environ 10% du pétrole mondial et est le premier exportateur mondial de pétrole brut. 

Récap de la troisième semaine

Le mercredi 20 novembre la ministre de la santé Agnès Buzyn et le premier ministre Edouard Philippe ont présenté leur « plan d’urgence pour l’hôpital », ce plan consiste en une augmentation du budget avec pour l’année 2020 une hausse de ce dernier de 300 millions d’euros et de 1,5 milliards étalé sur 3 ans. L’objectif et de réviser la gouvernance hospitalière et d’accorder plus de primes aux médecins et paramédicaux. L’Etat compte aussi reprendre le tiers de la dette hospitalière soit près de 10 milliards d’euros en 3 ans.

Alors que l’introduction en bourse de la Française des jeux s’est terminée le 19 novembre, l’action FDJ a été cotée en bourse ce mercredi avec un prix d’introduction de 19,90 euros. Durant cette journée le titre a vu sa valeur augmenter de 14,07% à 22,70 euros. Un demi-million de français ont participé à cette introduction qui est d’ores et déjà considérée comme un véritable succès, avec à la clé pour l’Etat Français l’encaissement de 1,9 milliards d’euros à la suite de la vente de sa participation qui est à hauteur de 52% au capital de la FDJ.

Vendredi 22 novembre Elon Musk a dévoilé le nouveau produit en prévente de Tesla, le Cybertruck, un pick-up 100% électrique au Design futuriste. L’objectif pour l’entreprise est d’intégrer le marché très plébiscité des pick-up qui a connu une hausse de 17,5% depuis le début de 2019. Le succès semble d’ailleurs déjà de taille pour ce véhicule atypique avec près de 250 000 précommandes au bout d’une semaine. Ainsi Tesla participe au nouveau record absolu du Nasdaq à 8 687 points avec une hausse de +1% pour atteindre une valeur de 333 $.

Récap de la quatrième semaine

Le lundi 25 novembre dernier se déroulait la quatrième journée internationale pour l’éradication des violences contre la femme. Une cause pour laquelle de nombreux manifestants sont allés dans les rues d’Europe mais aussi de Russie, de Turquie et d’Amérique latine. Bien que le gouvernement ait pris des mesures comme une ligne d’écoute ouverte 24h/24 et7j/7 et ait promis un budget de 360 millions d’euros pour l’année prochaine spécialement dédié à la lutte contre les violences conjugales, celles-ci sont très souvent considérées par les militantes féministes comme insuffisantes, expliquant ainsi leurs protestations.

Pour continuer dans les manifestations, le mercredi 27 novembre ce sont les agriculteurs qui ont manifesté leur colère contre les petits prix. Environ un millier de tracteurs venus de la France entière prévoyaient de bloquer Paris ainsi que l’accès autoroutier de Lyon afin de faire pression sur les négociations commerciales avec la grande distribution. Ces blocages ont finalement été levés dans la soirée et ont abouti à une rencontre avec le Premier ministre le 3 décembre prochain.

Le Black Friday vient conclure cette semaine chargée en protestations. Venu tout droit des Etats-Unis, le Black Friday est une journée de soldes qui fait polémique car il inciterait à surconsommer et est ainsi considéré comme le « vendredi noir pour la planète ». C’est pourquoi le collectif « Make Friday Green Again » a lancé un appel afin de faire prendre conscience aux consommateurs l’impact que ce vendredi noir a sur la planète et ainsi les diriger vers une consommation raisonnée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s