Etats-Unis / Chine : Guerre commerciale impossible, coopération improbable ?

Lors de la campagne présidentielle, Hillary Clinton, dans la continuité de la politique de Barack Obama, réaffirmait la priorité qu’est devenue l’Asie du Sud-Est, la Chine étant le pivot stratégique asiatique, en avançant que « le siècle du pacifique sera celui de l’Amérique… Cette zone est pour nous plus importante que l’Europe ou l’OTAN ». Donald Trump ne le voit pas de cet œil. Puisque les Etats-Unis ont perdu leur place de premier commerçant du monde depuis 2013 au profit de la Chine, le président américain considère l’acteur chinois comme la menace primaire pour l’hégémonie économique américaine. De ce fait, depuis son élection à la tête de la Maison-Blanche, Trump impose son style intimidateur. Or, l’univers économique aujourd’hui ne peut se fonder sur une suprématie économique, tellement les différents acteurs sont dépendants les uns des autres. L’interdépendance économique rend la situation périlleuse à la fois pour la Chine mais également pour les Etats-Unis. Déclarer une guerre commerciale au rival chinois est-il un choix judicieux ?

 

Les faits

Jeudi 22 mars. Donald Trump annonce 60 milliards de dollars de sanctions commerciales à l’égard de la Chine. Ces sanctions concernent différents secteurs, en allant des services financiers jusqu’à l’aluminium et l’acier. L’ex-magnat immobilier affirme agir en conséquence de la concurrence déloyale ainsi que le vol de propriété intellectuelle dont fait preuve Pékin. Concernant ce dernier point, l’administration Trump a en effet lancé une procédure, devant l’Organisation Mondiale du Commerce, contre la Chine à laquelle elle reproche de menacer le droit de la propriété intellectuelle de ses entreprises.

Dans une démarche assez paradoxale, Trump reproche au rival chinois d’exercer une discrimination contre les importations de technologies étrangères. De plus, les firmes américaines sont obligées de partager leur savoir-faire avec les firmes chinoises partenaires en échange d’un accès au marché chinois attractif. L’administration Trump fustige donc ce « vol » qui nuit à l’innovation américaine et génère un contexte d’échanges économiques asymétriques entre les deux acteurs, en faveur de Pékin.

 

a

Source : Le Point

La Maison Blanche dénonce le creusement du déficit vis à vis du mastodonte asiatique par l’intermédiaire de ces pratiques dites déloyales et veut casser l’image de l’impuissance de l’establishment à enrayer le déclin économique ainsi que la dégradation des conditions de la classe moyenne. Mais, ces sanctions consolident le risque d’un conflit majeur commercial entre les deux géants.

 

L’empire chinois contre-attaque

La Chine sait qu’elle représente le point fondamental de la politique économique extérieure de Donald Trump. La réaction chinoise ne s’est pas laissée attendre : «la Chine ne craint pas une guerre commerciale », rétorque le ministère du Commerce chinois le lendemain de la déclaration de l’administration Trump. La Chine est en position de pouvoir ici, elle sait qu’elle est capable d’encaisser ce conflit aisément. Mark Williams, analyste chez le cabinet Capital Economics, estime que « l’impact des sanctions sera à peine perceptible », et ne dépasserait pas 0,1% du PIB chinois, en supposant que les négociations aboutissent. Ces sanctions ne composeraient que 2% de l’ensemble des exportations du rival chinois. Se suit à la déclaration le dévoilement d’une liste de 128 produits sur lesquels la Chine imposera des droits de douane de 15 à 25% en cas d’échec des négociations, portant le total à 980 millions de dollars.

L’économie américaine (et donc ses entreprises) pourrait être bien fragilisée par la réponse chinoise. Dès la déclaration de Trump, les valeurs américaines ont chuté sur le marché international. Des firmes telles que Boing ou Apple seraient considérablement touchées par une escalade entre les deux géants. En 2017, les ventes de Boeing en Chine avoisinent les 12 milliards de dollars. La Chine pourrait cibler ces entreprises qui réalisent une proportion de leur chiffre d’affaires sur le sol chinois en renforçant les règlements ainsi que les taxes. L’industrie textile américaine craint fortement les répercutions d’une guerre commerciale avec la Chine. Les géants de la distribution ont vite réagi à la décision de l’administration Trump en lui adressant une lettre commune. « Toute taxe douanière supplémentaire pénaliserait les ménages américains avec des prix plus élevés », avancent les signataires. Ces enseignes reconnaissent leur forte dépendance à l’égard de l’atelier du monde. En 2017, 50% des vêtements et 70% des chaussures vendus aux Etats-Unis étaient fabriqués en Chine. On pourrait également évoquer l’industrie du jouet puisque 90% des jouets vendus étaient également fabriqués en Chine en 2015. Ces firmes ne craignent pas seulement la détérioration de la consommation du citoyen américain mais aussi leur accès au marché chinois abondant.

La Chine est ainsi en mesure de menacer les acteurs commerciaux américains étant donné leur dépendance au marché chinois.

 

Qui aura le dernier mot ?

Manifestement, l’ambiance semble se détendre entre les deux superpuissances économiques. Xi Jinping et Donald Trump semblent prendre conscience de l’intérêt du dialogue après qu’un spectre d’une guerre commerciale apparût. La Chine promet d’ouvrir ses marchés pour éviter le conflit commercial. Même si celle-ci serait en mesure de tenir tête aux Etats-Unis, l’interdépendance économique favorise la coopération entre les deux parties. Le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, demande au vice-Premier ministre chinois d’abaisser les droits de douane sur les voitures américaines, d’acheter plus de semi-conducteurs américains. L’administration chinoise promet également de réduire les droits de douane sur les véhicules américains (qui s’élèvent à 25%), ce qui relancerait le parc automobile des Etats-Unis.

Toutefois, la Chine ne compte pas se laisser faire devant l’intimidation américaine. Elle est prête à défendre l’intérêt national. Vendredi dernier, Pékin menace Washington d’imposer des taxes supplémentaires sur les importations américaine d’une valeur de 3 milliards de dollars. Mais ces représailles restent modérées. En effet, la Chine n’a rien à gagner à l’ouverture d’une guerre commerciale et semble opter pour un règlement pacifique des différends. La relation commerciale sino-américaine est bien déséquilibrée, avec un déficit bilatéral de marchandises de 347 milliards de dollars en 2016, une valeur qui équivaut à 1,8% du PIB américain, chiffre considérable pour un déficit bilatéral. Les Etats-Unis devraient favoriser l’aboutissement des négociations. Même si le rapport de force est en faveur de Trump, la Chine fait preuve d’une puissance mesurée et intelligente en contraste avec l’imprévisibilité de Trump.

 

Aujourd’hui, le partenariat sino-américain lie étroitement les deux superpuissances sur le plan économique et financier. Avec sa déclaration, Donald Trump tente de rompre cette interdépendance et d’affirmer la suprématie économique des Etats-Unis. Une guerre commerciale nécessite la présence de deux parties. Pour le moment, la Chine est sur la retenue. Il est possible que de nouvelles mesures seront prises en cas d’échec des négociations. L’Empire du Milieu n’a rien à gagner dans cette guerre commerciale et souhaite conserver l’équilibre économique mondial mais est capable de tenir tête aux Etats-Unis. Roberto Azevedo, directeur général de l’OMC, insiste sur l’importance de trouver une solution rapidement en s’appuyant sur les mécanismes de l’OMC : « Les actions effectuées en dehors des processus collectifs augmentent considérablement le risque d’une escalade, qui pourrait amener rapidement à un système commercial très instable ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s