Fiche 1 : Produits financiers de base à connaître absolument

Qu’est ce qu’un contrat forward ? Le prix forward ?

Le contrat forward est un accord direct entre deux parties permettant de vendre ou d’acheter des actifs dans le futur, mais à un prix et une quantité qui seront fixés à l’avance. Ils assurent ainsi une forme de sécurité. Le prix d’un forward est conclu et fixé à l’avance de la transaction, et ne subit donc pas l’évolution du cours des devises.


Quelles sont les différences entre un contrat forward et un contrat future ?

Le concept principal entre le forward et le future est identique, il s’agit dans les deux cas d’un accord entre deux parties qui permet de se couvrir face à un risque de marché la seule différence que les futures sont des forwards standardisés. En effet, les forwards sont des contrats sur mesure (concernant le prix, la date d’échéance…) tandis que les futures sont des contrats standards qui ne permettent de couvrir les risques d’un client que partiellement. Cela fait d’eux des contrats, plus liquides et donc plus facilement échangeable.


Qu’est qu’un call, une option asiatique, une option lookback, barrière (up and out), digitale, bermudienne, un swap de taux, un swaption, un caplet

Et oui, cela fait une quantité de termes burlesques et presque barbares, mais commençons par la base: le call.

Un call est une option d’achat qui permet à un investisseur d’avoir le droit d’acheter, pendant une période et avec un prix fixé d’avance par l’investisseur (le prix d’exercice), un actif sous-jacent. En échange, l’investisseur doit verser au vendeur une prime (appelée prix d’option). Quel peut-être l’intérêt d’un call ? Si le prix de l’actif devient intéressant, l’investisseur peut exercer son droit d’achat et ainsi le vendeur sera obligé de céder son actif au prix fixé initialement. Cependant, même si l’investisseur décide de ne pas acheter l’actif, le vendeur restera en possession de la prime.

Pour une option asiatique, le concept reste similaire, toutefois le prix fixé normalement à l’avance par l’investisseur dépend ici du prix moyen du sous-jacent à un moment donné. Ainsi, puisque le prix moyen a tendance à être moins volatil, le prix de ce genre d’option sera plus faible que celui d’options classiques.

L’option lookback concerne essentiellement les devises. En effet, avec cette option vous pourrez acheter une devise lorsqu’elle se trouve à son plus haut cours durant la durée de vie de l’option mais aussi la possibilité de la revendre sur la base d’un exercice lorsqu’elle se trouve à son plus haut cours. Certes, la prime est majorée, mais l’investisseur est certain d’obtenir le meilleur prix durant la durée de vie de l’option.

L’option à barrières peut elle être activée ou désactivée (up and out). C’est-à-dire si le prix du sous-jacent dépasse une certaine limite de prix (appelé barrière), l’option pourra avoir une barrière activante ou désactivante.

L’option digitale se rapproche un peu de celle à barrières. Effectivement, ce type d’option est exerçable lorsque le sous-jacent se trouve soit en dessous soit en dessus d’un certain niveau fixé à l’avance (qui est appelé le strike).

Une option bermudienne (ou Bermuda) est une option qui ne peut être exerçable qu’à certains moment. En effet, ce type d’option peut être exercée uniquement à des dates comprises entre son moment d’émission et d’échéance. Ce type d’option est assez peu risqué, on ne peut pas perdre plus que son investissement initial.

Le swap de taux (ou contrat d’échange de taux d’intérêt en français) est un produit dérivé. Il engage deux parties à s’échanger des flux d’intérêts. L’une des parties (appelée aussi jambe fixe) va payer des taux d’intérêts fixe afin de recevoir en échange des taux variables. La second partie (ou jambe variable) va effectuer le schéma inverse. En général, le swap de taux est utilisé pour couvrir un risque de taux d’intérêt, avec une banque et ses clients par exemple.

Le swaption est lui le mélange d’un swap et d’un option. En effet, c’est une option qui donne soit le droit de rentrer dans le swap et de payer les taux d’intérêt fixe, dans ce cas alors c’est un call swaption, ou le doit de payer les taux variables, c’est alors un put swaption.

A l’instar du swap, le caplet se base également sur un taux d’intérêt. C’est un produit dérivé proche d’une option d’achat. Effectivement, son possesseur aura la possibilité d’exercer son droit d’achat si le taux de référence excède le taux d’exercice (taux fixé à l’avance). L’avantage de ce genre d’option est qu’il est possible de se parer contre la hausse des taux d’intérêt.

Lire aussi : Fiche 2 : définitions de base


Qu’est ce qu’une option européenne/américaine ? Vanille/exotique ? Path-dependant ?

Nous allons étudier ici des caractéristiques plus globales qu’une option peut avoir.

Une option est généralement dite soit américaine soit européenne.

Quelle différence ? Ce qui varie entre ces deux types d’option est le mode d’exercice. Effectivement, pour une option européenne, il n’est possible d’effectuer son droit d’achat qu’à sa date d’échéance tandis qu’avec une option américaine, le droit d’achat peut intervenir n’importe quand entre sa date d’achat et d’échéance. L’option Bermuda vue plus haut constitue un mix entre ces deux types d’option.

Une option vanille est à l’image de son doux nom une option totalement classique (avec une prime, une date d’échéance, traitée sur des marchés organisés…). L’option exotique constitue un outil un peu plus complexe. Ce type d’option est traité sur le marché Over The Counter et répond en général à des besoins spécifiques d’assurances de grands groupes financiers.

Enfin une option path-dependant donne le droit d’achat d’un actif sous-jacent dont le prix dépend des fluctuations du prix de l’actif sous-jacent. Ainsi par exemple, l’option asiatique est une option path-dependant puisque son prix dépend de la moyenne arithmétique du sous-jacent.

Lire aussi : Fiche 3 : le principe d’arbitrage

 


Qu’est ce qu’un CDS ? Un CDO ? un ABS ? un RMBS ?

Un credit default swap (CDS),est une protection financière entre acheteurs et vendeurs. Ce contrat fixe en premier lieu l’actif à protéger, ensuite la valeur notionnel (ou le nominal) de l’actif est établi ainsi que la prime que l’acheteur de la protection devra verser au vendeur. Le vendeur (ou le protection seller) va s’engager, en échange d’une prime, à dédommager l’acheteur (protection buyer) en cas d’événement qui pourrait affecter la solvabilité d’une entité.

Le Collaterallised debt obligation (CDO) est un élément de transfert des risques de crédit. C’est une structure de titrisation d’actifs financiers qui sont de nature diverses. Ainsi un CDO permet de rendre des titres davantage liquides, mais aussi d’aider des banques à ses refinancer auprès d’investisseurs qui cherchent à prendre des risques sur un portefeuille de dettes.

Un asset-backed security (ABS) constitue la forme la plus courante de titrisation. Il renvoie à des valeurs mobilières, c’est-à-dire des titres dont les sous jacents sont des prêts étudiants, crédits immobiliers, automobiles. Il a le pouvoir de corriger la liquidité de certains titres. Un CDO est un ABS.

Un residential mortgage-backed security (RMBS) constitue un produit financier qui provient de la titrisation de créances hypothécaires résidentielles. Grâce à la titrisation de ses actifs, il est possible de monétiser des actifs peu liquides. Un RMBS permet ainsi aux établissements financiers de se débarrasser de ces créances auprès d’autres institutions, le risque de non remboursement lié à ces prêts diminue ainsi grandement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s